Lavande : 4 étapes du champ à l’étal

La lavande est une plante réputée pour ses nombreux avantages. Elle est habituellement utilisée pour son parfum, mais cette plante est encore dotée de certaines vertus thérapeutiques qui sont médicalement reconnues. Voici quatre étapes essentielles par lesquelles passe la lavande pour aboutir au produit fini commercialisé dans les lieux de vente.

La plantation de la lavande

Originaire de l’ouest du bassin méditerranéen, la lavande est un produit naturel qui était autrefois utilisé par les Romains et les Égyptiens pour conserver le linge et embaumer les bains. De nos jours, ce produit s’est répandu plus que jamais et il est maintenant très facile de trouver un producteur de lavande auprès duquel on peut trouver cette plante.

La plantation est la première étape qui permet d’obtenir la version de la lavande que l’on peut acheter dans les boutiques et magasins. Le drainage et la pleine exposition au soleil figurent parmi les conditions nécessaires pour réussir la culture de cette plante. Le sol choisi doit être graveleux ou sableux. S’il s’agit d’un sol argileux, celui-ci doit au préalable être mélangé avec de la chaux afin d’accroître sa friabilité ainsi que son pH (potentiel hydrogène).

L’entretien de cette plante

L’entretien de la lavande est la phase qui déterminera de la qualité de la floraison. Si cette étape est mal gérée, cela pourrait contribuer à assécher les plantes et les faire mourir avant maturation. L’arrosage est l’une des premières choses à laquelle il est fait allusion quand on parle d’entretien de la lavande. Cependant, ces plantes mellifères nécessitent un arrosage uniquement après les instants qui suivent leurs mises en terre. Elles sont ensuite capables de se développer toutes seules. Étant donné que la lavande est une plante qui redoute l’excès d’humidité, les producteurs prennent alors le soin de l’arroser avec parcimonie, afin d’éviter d’asphyxier les racines.

L’extermination des mauvaises herbes est une phase importante que ce soit pour l’entretien d’un jardin ou pour l’entretien des lavandes en particulier. En effet, la présence de ces mauvaises herbes a un impact négatif considérable sur la qualité ainsi que la quantité de la future récolte. Ces plantes indésirables volent l’espace et les nutriments dont les lavandes ont besoin pour mûrir pleinement. De ce fait, tous les cultivateurs de lavande sont tenus de mettre en place une bonne stratégie pour éradiquer les mauvaises herbes.

La méthode utilisée pour le désherbage peut varier selon des facteurs spécifiques comme le cadre légal du pays ou les moyens de production. Toutefois, la plupart des producteurs locaux préfèrent opter pour le désherbage naturel. Cette technique est préconisée, car elle garantit l’obtention d’un produit fini dénué de résidus chimiques pouvant être nocifs pour la santé de l’utilisateur. Ce mode de désherbage est également privilégié pour son côté écologique, d’où l’importance de choisir un producteur local pour l’achat de la lavande.

culture de la lavande

La récolte de la lavande

La moisson des lavandes se fait habituellement après la floraison, au cours de la période comprise entre la fin du mois de juillet et la fin du mois d’août. Pour reconnaître le moment de la récolte, les producteurs se basent sur des signes comme la fanaison des épis ou le désintérêt des abeilles pour les fleurs de ces plantes mellifères.

La météo est aussi un facteur capital à prendre en compte. En effet, il est recommandé de cueillir la lavande par un temps aride et ensoleillé. Ce climat sec est très avantageux pour les lavandes, car ces dernières produisent beaucoup plus d’huile essentielle quand elles sont à court d’eau.

La récolte manuelle est la technique la plus répandue pour la moisson des lavandes. Elle permet de sectionner avec précision les tiges à une hauteur adéquate, ce qui favorise un taillage uniforme. Il est important de couper les tiges à la bonne longueur pour faciliter le séchage des bouquets et aussi laisser aux plantes de quoi subsister pour garantir une floraison toujours plus généreuse. Pour la récolte manuelle des lavandes, les cultivateurs utilisent une faucille, un couteau de récolte ou encore un sécateur.

Par contre, ce mode de moisson peut s’avérer harassant, notamment si l’équipe chargée de la tâche est constituée de peu de membres (en fonction de la vastitude de la plantation). Ainsi, les producteurs qui en ont les moyens se munissent de coupeuses mécaniques dont ils se servent pour récolter plus vite et toujours avec une excellente précision.

La distillation de la lavande

La distillation est le processus par lequel l’huile essentielle est extraite. Avant d’entamer cette étape, les bouquets de lavande sont préalablement séchés afin d’être dépourvus de leur excédent d’eau. La phase de préfanage peut durer juste quelques jours si la récolte est séchée à l’extérieur et sous un soleil puissant.

Par la suite, les gerbes de lavande sont tassées dans le vase de la distillerie. La vapeur d’eau émise par le dispositif traverse les fleurs et en extrait l’essence. Le mélange gazeux combinant vapeur d’eau et huile essentielle retourne maintenant à l’état liquide grâce à un serpentin qui se charge de son refroidissement. Après la décantation, l’huile essentielle surnage, car elle est plus légère que l’eau.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.